Comparaison

D’un côté

D’un côté il y a l’histoire d’un être abject. D’un être qui inspire le dégoût, d’un être d’une pitoyable infériorité. Le dernier des derniers. Un être sans but et sans projets, un résigné. Un parasite qui se nourrit de déchets et d’ordures. Un être qu’on qualifie souvent comme étant un foyer de maladies, une relique, un poussiéreux, un crasseux sentant l’urine.

D’un être propre, aimé, respecté, admiré et fier il y a 5 ans, il est devenu un misérable.

5 ans auparavant, il travaillait pour une entreprise qui lui versait un salaire correct et il était reconnu pour ses compétences et ses résultats professionnels.

Mais, un jour, lors d’un entretien en entreprise, un responsable des ressources humaines lui a annoncé son licenciement suite à une délocalisation de son entité dans un pays émergent pour réduire les frais généraux.

Au début, sa femme lui disait que cela n’est qu’une situation temporaire, un incident passager et que dans quelques mois il retrouverait  un autre job et tout rentrerait dans l’ordre.

Mais les mois passèrent. Et du jour au lendemain, il s’est trouvé sur un marché abondant en candidatures similaires. Il avait travaillé comme Manager. Accepter un job en dessous de cette responsabilité lui semblait une perte de crédibilité et d’assurance devant sa femme.

3 ans après cet « incident » toujours rien, aucune ouverture, aucun nouvel horizon. Fatiguée et ayant peur de l’inconnu, sa femme a décidé de le quitter ; et il s’est retrouvé face à un monde extrêmement imprévisible, un monde fait d’insécurité.

Avec chaque rappel de facture d’électricité, et chaque rappel de facture d’eau qu’il entassait sur son bureau, il perdait davantage en confiance. Les relances de son propriétaire lui sollicitant les loyers  et les taxes à payer toujours majorés, lui noircissait l’âme.

Puis un jour, s’étant vu interdit bancaire, il a dû également quitter son logement. N’ayant pas de famille, au début, il s’est réfugié chez quelques amis. Mais les amis ne pouvaient pas non plus le dépanner à l’infini.

 Voilà comment il en est arrivé à s’installer sur un carton.

homeless-man-833017_1280

Source : Pixabay

Les passants ne le voient même pas; vidé d’énergie, et complètement anéanti il est devenu un être transparent. Et si parfois les passants le regardent, il distingue clairement  dans leurs yeux une violente répulsion.

C’est ce qui arrive quand on est ignoré, quand on nous coupe la parole, quand on ne peut plus s’exprimer : on devient transparent !

D’un autre côté

D’un autre côté, il y a l’histoire d’une petite boule. La boule assise sur un canapé d’une extrême beauté. L’animal à une jolie tête parfaitement proportionnée et deux yeux larmoyants. C’est un petit chiot. Un très joli gentil chiot. Une bête mignonne qui vient se pelotonner de temps en temps sur les genoux de sa patronne. C’est un chien assez facile à vivre et sa maîtresse n’arrête pas de le récompenser pour sa loyauté, pour sa présence, pour son attention,  pour sa douceur, pour les rires et les sourires qu’il lui apporte.

Toutes les semaines, elle l’amène au centre de beauté pour animaux pour un traitement complet : bain parfumé, coupe dernier cri, teinture des poils selon l’humeur du jour… Ensuite elle fait les magasins : bijoux pour chiens, accessoires, vêtements, pour que rien ne lui manque.

2017-26-2-16-25-24

Très souvent ils dînent ensemble au restaurant. Il y en a un pour chiens juste à 250 kilomètres de son domicile !

On peut affirmer sans la moindre crainte que la vie de cette bête est bien calme et ordonnée. Aucune rue sordide, aucun grain de sable coincé quelque part.

Questions

Pourquoi sommes-nous plus ouverts et protecteurs envers les animaux et totalement indifférents envers les enfants, les femmes et hommes qui crèvent de faim dans la rue ?

Pourquoi lorsque nous tombons dans la rue sur un animal en peine, nous courons vite à son secours alors que nous éprouvons une indifférence  totale envers « les laissés pour compte » ?

Que savons-nous de ces gens ?

Ces gens n’ont aucune chance ! Bien avant de les regarder, nous les avons déjà condamnés, souvent de manière très violente.

La valise de calibre

 

P . S . 1.  Que des gens choisissent d’investir des sommes considérables pour embellir et gâter leurs bêtes, cela ne regarde qu’eux! Ce n’est pas une critique qui vise les possesseurs de jolies bêtes. Rassurez-vous, j’adore les animaux  moi  aussi. Je me pose des questions, c’est tout !

P .S .2 . Cet article a été rédigé pour répondre au défi lancé par Pat, « le rimenaute ».

 

26 commentaires sur “Comparaison

  1. chatpensant dit :

    Il y a des comparaisons parlantes… et des recits de vie bouversants…
    L ignorance et la peur malheureusement font des ravages sur la question de la solidarité. .

    Aimé par 2 people

  2. Pat dit :

    Tout ce que je voulais dire…en plus clair. Malgré tout il est très mignon ce chien chien à sa mémère…Peut-être un substitut à un manque d’affection humaine…mais ne cherchons pas d’excuses, un animal est à sa place dans son panier c’est sûr! Merci Mari!

    Aimé par 2 people

    • Bonjour Pat,

      Merci à toi de m’avoir lancé ce défi. Les animaux remplacent souvent la présence et l’attention des hommes, suis entièrement d’accord avec toi. Je précise seulement ici que j’aimerais voir un peu plus d’ouverture envers les humains qui sont dans le besoin. Merci également pour cette excellente remarque.

      Agréable journée à toi Pat!

      J'aime

  3. Le problème, je crois, c’est qu’en tant qu’être humain, nous adorons le jugement et la compétition. Nous ne tardons pas à salir quelqu’un pour nous donner un sentiment de supériorité, mais ce n’est que notre égo qui a toujours soif d’être meilleur que les autres. L’esprit quant à lui, se sent supérieur lorsqu’il aide et donne de l’amour, mais l’égo est trop souvent le plus fort pour la majorité des gens.

    Face à un animal, ce foutu égo ne se sent pas menacé, puisque pour lui, un animal ne pourra jamais être supérieur à un humain…
    …Souvent je crois que c’est le contraire. 😦

    Il y a aussi la question des blessures que l’on traine toute notre vie. C’est blessures psychologiques viennent presque toujours d’une ou de plusieurs autres personnes, tandis qu’un animal ne nous fera pas mal mentalement. Comme on l’entend souvent dire; un animal nous donne toujours un amour inconditionnel.

    Au final, je suis persuadé que le cancer de notre société est le JUGEMENT ! Nous jugeons pour tout et pour rien. Nous jugeons ceux qui n’ont pas été longtemps à l’école, ceux qui ont des emplois que l’on considère inférieur ou dégradant, ceux qui sont beaux ou laids, gentils ou méchants, etc…
    L’étiquetage des autres est l’activité la plus populaire de l’humanité.

    Mais, comme je le répète souvent… Nous sommes dans une époque de changements positifs. Les gens changent, tranquillement, une personne à la fois, le changement s’opère.

    Je te souhaite une excellente semaine. 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Je viens de tomber sur une vidéo qui démontre justement de drôles de comportements humain !

      Aimé par 2 people

      • Wow, je n’arrive pas à y croire! Un usager qui voit bien le danger dans lequel se trouve l’homme; pourtant… il ne fait rien ! 😦 😦 😦

        Excellent exemple Patrick! Merci encore!

        Aimé par 2 people

      • Less is More dit :

        La vidéo semble assez réaliste…c’est absolument pitoyable ! Je voulais ne pas y croire sauf que ça m’a rappelé une anecdote qui m’a choqué : il y a quelques années, en vélo j’ai fait le soleil (frein mal réglé, en tournant, le vélo a pilé, j’ai atterri comme une crêpe en plein milieu de la route). Le choc a été violent, j’en ai encore la cicatrice sur la hanche. J’ai été sonnée et suis restée un moment en plein milieu d’une route où un bus devait arriver et il ne m’aurait pas vu car j’étais en contrebas. Je dis que le bus devait bientôt arriver car il y avait une femme d’environ 60 ans à l’arrêt de bus. Elle m’a regardé quand j’étais au sol et ne m’a absolument pas aidé ni parlé. Elle a continué d’attendre son bus et je suis partie en pleurant et boitant…J’ose encore espérer qu’elle regrette ou qu’elle ne m’a pas aidé pour une raison qui m’échappe…

        Aimé par 2 people

    • Bonjour Patrick,

      J’adore ta vision du monde et je trouve ta remarque particulièrement intéressante. Suis entièrement d’accord avec toi. Le jugement, les suppositions, les préjuges, repoussent toute ouverture positive envers les humains.
      Merci pour ton excellente contribution à cet article!
      Agréable journée à toi Patrick!

      Aimé par 1 personne

  4. Less is More dit :

    J’adore les animaux et c’est vrai que je n’ai pas de réponse à ce dilemme. Malheureusement je crois qu’à force de voir des gens dans la rue, on s’est habitué. On se dit que c’est normal ; on voit moins d’animaux maltraités que d’humain finalement ! Nous avons une grande capacité d’adaptation…il faut croire que c’est aussi le cas pour la perte d’empathie. Je vais peu en ville. cependant, les rares fois où j’y vais, je me sens super mal quand je vois des SDF. Si je suis toute seule, je tente de leur acheter une baguette de pain en même temps que j’achète mon pain pour moi, histoire de leur donner en « amie », plus qu’en personne au dessus d’eux (c’est ce qui me dérange avec le fait de donner de l’argent). Mes amies habituées à vivre avec cette misère sous les yeux ressentent beaucoup moins de mal-être et ne donnent jamais rien. Je serais sûrement endurcie si je vivais en ville comme elles…ou alors j’ouvrirais une boulangerie lol. Rudement intéressant…

    Aimé par 3 people

    • Bonjour Mariana,

      T’as raison. Nous nous sommes habitués à voir cette situation. C’est sans doute la raison pour laquelle nous restons insensibles.
      Et si parfois nous restons indifférents, c’est peut -être parce que nous avons peur d’attraper une maladie…ou par peur d’avoir des problèmes avec leur semblables…C’est sans doute pour s’en protéger…

      Leur acheter du pain : chapeau pour ton attitude! Suis entièrement d’accord avec toi! Il faut pas les encourager à recevoir de l’argent. Ils doivent continuer à se battre pour gagner correctement leur vie.

      Merci pour ton excellente contribution à cet article!

      Agréable journée à toi Marina!

      J'aime

  5. colettedc dit :

    Une question de peur, je crois bien … en tout cas, nous n’avons certainement pas à les juger, tant que nous n’avons pas marché dans leurs souliers … Bonne fin de ce dimanche Marie et belle semaine !
    Bisous♥

    Aimé par 1 personne

  6. Tout est, en effet, une question de priorités…

    Aimé par 1 personne

  7. beatricelise dit :

    J’adhère totalement et je n’arrête pas d’essayer de changer les mentalités autour de moi…et de donner ce que je peux aux sans abris mais je pense que c’est vraiment un problème de fond … je vois parfois des initiatives qui me paraissent excellentes dans d’autres pays pour redonner un statut et une dignité à ces « accidentés de la vie » mais pas grand chose chez nous … triste.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Béatrice,

      Excellente votre attitude! On voit bien que vous avez le cœur sensible. Chez nous c’est pareil : l’indifférence! Changer les mentalités, c’est difficile…
      Merci d’avoir partagé avec nous votre avis!

      Agréable journée à vous Béatrice!

      J'aime

  8. marie dit :

    Bonjour très beau billet, je suis d’accord et me pose la question aussi, pourquoi sommes nous plus indulgents envers un animal qu’envers un humain? bizarre la race humaine Bon après-midi MTH

    Aimé par 1 personne

  9. Beta dit :

    Eu iubesc si oamenii , si animalele si plantele dar sincera sa fiu, toata empatia si ajutorul acordat pe parcursul vietii oamenilor, m-au deceptionat foarte tare. Cu toate acestea nu mi-a fost si nu-mi este frica sa mai intind o mana de ajutor catre oameni dar satisfactia mea cea mai mare am avut-o de la animale si plante care desi ni se par mult inferioare eu consider ca ne sunt net superioare. O aplecare asupra lor cred ca ne-ar da multe raspunsuri si am vedea altfel viata (bineinteles pentru cine-si doreste si nu considera ca stie totul pe lumea asta).

    Aimé par 1 personne

  10. bernard25 dit :

    Bonjour

    Viens je t’emmène dans un monde de rêves

    Viens avec moi au pays de l’amitié

    Ou seul ce petit monde est loi

    Un monde de paix

    Il se cache au fond de ton cœur

    Dans un monde de merveilles

    Qui brille la nuit à l’orée du ciel

    Tu y trouveras des perles rares

    Celle ou nous avons été ami ou amie pour la première fois

    Quelle belle histoire entre nous

    C’est ainsi que le verbe aimer existe

    Je t’écris ces quelques mots avec tendresse

    Je te les offre du fond du cœur

    Je te souhaite soit une belle soirée soit une belle journée

    Bisous Bernard

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s