Pourquoi détestez-vous les appels de démarchage?

au-telephone

« Assez souvent il arrive que mon portable sonne à l’heure du déjeuner. Je prends mon portable. Je regarde le numéro. C’est sans doute un appel de démarchage, mais je décide quand même de prendre l’appel.

La conversation débute :

–          Madame Unetelle ?

–          Oui, c’est bien moi !

–          Je m’appelle Christian Letel. Je travaille pour l’entreprise Latelle. Avez-vous cinq minutes à m’accorder ?

–          De quoi s’agit-il ?

–          Je représente l’entreprise Latelle ; une société américaine créée en 19XX. Nous sommes le leader incontesté sur le marché des assurances. Avec des bureaux dans plus de X cents pays et un chiffre d’affaires de plus de X milliards de dollars, Latelle vous offre des services des assurances et des solutions à long terme qui vous accompagneront tout au long de votre développement…

–          …. (je commence sérieusement à m’ennuyer, mais il continue son discours !)

–          Latelle s’appuie sur l’expérience et le savoir-faire de ses  X cent mille salariés ainsi que sur son réseau de plus de X mille partenaires dans le monde, pour offrir le meilleur rapport qualité-prix…

–           …(mais moi je suis déjà complétement ailleurs !)

J’aurais pu lui raccrocher au nez tout de suite. Ou, j’aurais pu immédiatement l’interrompre pour mettre fin à ce baratin inutile. Mais comme je suis du genre à voir plutôt le bon côté des choses, je décide de poursuivre, juste pour voir combien de temps cela va durer. Finalement, qui sait, peut-être aurait-il quelque chose d’intéressant à me dire ? Qui sait aurait-il également une stratégie ?

–          Pour nos chers clients, dit-il, nous nous engageons à offrir des produits et des services toujours à la pointe des évolutions légales…

–           … (bla bla bla, me dis-je pour m’occuper !)

Et ainsi, continuait –il son fascinant discours. Durant, je ne sais pas, trois ou quatre minutes environ, (minutes qui m’ont semblé une éternité !), je n’ai pas eu la possibilité de placer un seul mot. C’était comme s’il récitait un interminable poème, laid et ennuyeux. Sa voix était rapide et grave. Le ton de sa voix me faisait croire qu’il était stressé. Comme s’il voulait en finir avec son speech un fois pour toutes.

Mais ce monsieur, est complètement à côté de la plaque, me dis-je ! Tout ce qu’il dit, c’est notre entreprise ceci, notre entreprise cela. Que des louanges ! Encore et encore !

Ce n’est pas pour me plaindre, ni pour critiquer les discours des vendeurs que j’ai rédigé cet article. Vraiment ! Mais pourquoi devrais-je m’intéresser au nombre de salariés, de partenaires ou au chiffre d’affaires d’une entreprise dont je n’ai jamais entendu parler ? Puis, que cette formidable entreprise est le leader incontesté du marché des assurances, moi, je m’en fiche complètement.

Épuisée par son discours, je décide enfin de l’interrompre.

–          Jolie poésie, lui dis-je ! (Je n’en supportais pas plus !)

Bouleversé, le vendeur s’arrête.

–          Pardon ?

–          Vous m’avez parfaitement entendue ! Joli récit ! Mais, moi,  qu’est-ce que je peux en tirer de tout cela ?  Savez-vous que je n’ai retenu que 1 ou 2 % de tout ce que vous venez d’énoncer?

C’est là seulement, qu’une vraie conversation a commencé. J’ai compris finalement qu’il voulait me vendre (sur le champ !) une assurance, mais moi, je n’étais préoccupée que par une chose : raccrocher et passer à autre chose.

Voilà pourquoi beaucoup de démarchages téléphoniques échouent !

Le savent-ils, ces vendeurs, que durant leur discours, j’ai l’impression que l’on m’ignore ? D’être là, au bout du fil, mais sans avoir la possibilité de m’impliquer ? De plus, écouter un discours sur un sujet qui ne m’intéresse guère ?

au-telephone-2

Plus encore, est-il possible que ce monsieur, ne voie au bout du fil qu’un chèque éventuel ?  Rassurez-moi, il ne peut pas avoir conclu que je n’étais qu’un billet de banque pour lui ! Si ?

Cette histoire tirée de mon expérience personnelle illustre parfaitement une vente ratée.

Pourquoi ce vendeur a-t-il raté son coup avec moi ?

Parce que :

« Les gens  ont besoin d’une bonne raison pour décider d’agir », Nicholas Boothman

Selon le même auteur, nous sommes responsables à 100% du succès ou de l’échec de nos tentatives de communication.

À mon avis, de nos jours nous n’avons nullement besoin d’un vendeur, ni de quelqu’un pour nous dire quoi faire.Si je veux une assurance, aujourd’hui je peux aller en ligne et consulter toutes les offres.

Le vendeur aurait pu agir comme un conseiller, c’est-à-dire commencer son discours par une question susceptible d’éveiller mon intérêt. Il aurait eu beaucoup plus de chances de me persuader s’il s’était vraiment intéressé à moi et aux problèmes qu’il pourrait résoudre. Il aurait pu commencer par me demander des références.  

Quelles ont  été ses erreurs ?

À mon avis, il a cherché de me vendre son truc immédiatement. Mais moi, j’ai besoin d’analyser son offre, j’ai besoin de réfléchir avant d’agir.

Il n’a pas essayé de me comprendre, ni de trouver des points communs.

Selon Boothman, les personnes de succès  sont celles qui apprennent à connaître et à comprendre le plus grand nombre de gens au sein de leur entreprise, de leur secteur d’activité ou de leur métier.  Et, moi, je suis entièrement d’accord avec lui !

Les thèmes abordés dans cet article – comprendre les autres, savoir communiquer pour ensuite persuader, ont fait l’objet de plusieurs ouvrages. Voici mes préférés :

  •  « Tout se joue en moins de deux minutes »,  de Nicholas BOOTHMAN
  • « Convaincre en moins de deux minutes », de Nicholas BOOTHMAN

À mon avis, vendeurs, managers, associes, partenaires, collaborateurs, journalistes, blogueurs, employés, chômeurs, tout le monde devrait lire ces livres.

Ces livres ont été pour moi une aide précieuse. Dans ces ouvrages l’auteur explique les quatre étapes essentielles, nécessaires pour mieux communiquer, persuader et se faire apprécier rapidement : l’attitude, la synchronisation,  la conversation et le sens dominant.

Si le sujet vous intéresse, à mon avis, la lecture de ces livres vous aidera à mieux comprendre et à faire avancer les choses. Je suis également persuadée que cette lecture vous épargnera des heures voir des années d’efforts inutiles.

Sérieusement, vous devez les lire. Ils sont bourrés de conseils et d’exercices.

 Cliquez sur les images ci-dessous pour vous les procurer tout de suite ! »

sans-titre

convaincre-en-moins-de-2-minutes

Pourquoi détestez-vous les appels de démarchage?

P.S. Merci à Pat pour sa contribution à cet article!

51 commentaires sur “Pourquoi détestez-vous les appels de démarchage?

  1. 1/ Mes parents laissent démarrer le répondeur…. S’il n’y a pas de message, c’est que ce n’était pas important et que cela avait toutes les chances d’être publicitaire. Direct poubelle.

    2/ J’ai travaillé à écrire des lettres de vente comme formateur. C’était bien la clé: comment convaincre en moins de 2 minutes. Un prospectus doit accrocher en moins de 3 secondes sinon direct poubelle.

    3/ Je crois que ta question n’est pas tout à fait la bonne car finalement c’est du côté vendeur que tu te place en parlant d’échouer. La victoire c’est de ne pas répondre à des sollicitations et démarchages avec des argumentaires bien rodés, bref des pièges potentiels. Il faut être acteur de son besoin . Ces gens démarchent en vous plaçant en tant que récepteur passif à qui il ne faut pas dire non, ne serait-ce que par politesse. Vous ne gagnez rien et vous économiserez du bla-bla

    Aimé par 1 personne

    • Bonsoir Maitre Renard,

      Merci de votre remarque!

      Je ne suis pas un scientifique, ni une vendeuse experte, mais je suis en quelque sorte une vendeuse. Une vendeuse plutôt « stratégique » car j’ai été formé à voir le monde d’un autre point de vue. L’idée ici est de faire comprendre aux managers, aux vendeurs stratégiques comme moi quel est mon point de vue.
      Rien de scientifique! Juste une opinion, c’est tout!

      Je cherche également d’ouvrir le débat pour apprendre ensemble des expériences des autres.

      Agréable soirée à vous!

      J'aime

      • C’est vrai que vous avez un profil très particulier, Mari. Moi je suis plutôt de l’autre côté de la barrière: consommateur. Je faisais déjà partie de 50 millions de consommateurs: c’est dire que ça ne nous rajeunit pas.
        Je crois que la première chose qui ne plait pas c’est le forcing, le côté mettre un pied dans la porte autrefois. La démarche par téléphone reste une intrusion. La cible n’a rien demandé.
        Par ailleurs, après une ou deux démarches décevantes, les suivants subissent la méfiance. Au départ, il n’y a ni désir ni souvent besoin du produit. Il faut le susciter et c’est un exercice qui n’est pas gagné avance. Il faut beaucoup de psychologie et ne pas vouloir réciter son argumentaire.
        A vous aussi, agréable soirée. Mon argumentaire mien: ma soirée ne peut être qu’agréable puisqu’elle m’a permis de converser avec vous (tu parles, Charles… Tout flatteur…) Et pourtant, il reste quelque chose d’exact: vous lire est un plaisir, car il y a toujours quelque chose d’intelligent et de décalé…

        Aimé par 1 personne

  2. suzanne35blog dit :

    je raccroche vite fait mais toujours poliment car je les plains!

    Aimé par 1 personne

  3. marie dit :

    Bonspoir, je raccroche tout de suite, je ne supporte plus!! bonne soirée MTH

    Aimé par 1 personne

  4. Michèle dit :

    Je ne décroche jamais un numéro qui n’est pas dans mes contacts… je vérifie si ce numéro est déjà signalé comme démarchage commercial sur internet… ensuite je le bloque.

    Bonne soirée Mari

    Aimé par 1 personne

  5. Je ne supporte pas ce genre d’appelle pas mais tu as raison les vendeurs on la vie dure

    Aimé par 1 personne

  6. Pat dit :

    Je sais pourquoi ils n’ont pas de succès…C’est surement parce que vous avez (apparemment) des français au bout du fil…que nous on a…des chinois et que les chinois ont (probablement) des roumains! non? En fait ils téléphonent pas dans le bon pays, c’est tout!

    Aimé par 1 personne

  7. marieliane dit :

    Mari moi je ne suis jamais impolie je dis simplement bonjour, puis je suis préssée j’ai à faire. Je vous remercie beaucoup pour votre appel et je raccroche sans attendre ce dont la personne veut me vendre ou me donner rendez vous!
    Je sais qu’elles n’ont pas un métier facile alors jamais je les agresse en raccrochant de suite mais pour autant je ne leur laisse pas le temps d’exposer ce pour laquelle je suis appelée.
    Bisous et très agréable soirée.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Roberte,

      Grand merci de votre retour!
      Puis-je vous demander pourquoi refusez- vous de les écouter? C’est juste pour mieux comprendre les contraintes du métier.
      Merci encore!
      Belle journée à vous Roberte!

      J'aime

      • marieliane dit :

        Mari je vais vous répondre en toute franchise :
        Par deux fois nous avons accepté et nous avons vu arriver la première fois une entreprise qui voulait soit disant nous faire un devis pour changer notre système de climatisation et un jeune homme c’est présenter a la maison complètement voulait nous faire signer de suite le devis qu’il nous présenté comme nous avons refusé il a insulté mon mari je vous passe les insultes et mon mari a dû le mettre dehors.
        Une seconde fois c’est pour un contrat d’assurance et le même phénomène se reproduisit alors pour éviter d’être a nouveau démarchée je suis polie toujours et n’accepte plus d’entrer en conversation avec un démarcheur téléphonique.
        Bonne journée Mari

        Aimé par 1 personne

  8. Excellent article qui m’a fait rire aussi tellement c’est répandu cette « mauvaise » approche.
    Je suis d’accord avec toi (et Boothman) que si l’intérêt n’est pas touché dans les premières minutes et même les premieres secondes, la vente est fichue !
    Le but est de trouver dans un premier temps s’il y a un « besoin » chez la personne approchée, pas de l’assommer avec un speech inutile.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Patrick,

      Merci pour ta contribution à cet article.
      Espérons que les choses vont changer…
      Mais dans ton cas, ça se passe comment? Est-ce que tu décroches pour répondre à ce genre d’appel?
      Merci encore de ton feedback!
      Agréable journée à toi!

      Aimé par 1 personne

      • De mon côté ça dépend… Je suis du type qui fonctionne beaucoup avec ses feelings, alors il y a des périodes où je ne répond tout simplement pas aux numéros que je ne connais pas en me disant que si c’est important, j’ai une boite vocale.
        Quand je me fait prendre à répondre, encore là j’y vais au feeling et à mon emploi du temps… Si j’ai le temps et la personne me semble sympathique (malgré son texte appris par cœur), je vais quelques rares fois la laisser parler, mais en général je dois la couper et lui dire poliment que je ne suis pas intéressé. Si elle continue avec son speech, je raccroche direct !

        Aimé par 1 personne

  9. trigwen dit :

    En ce qui e concerne je ne supporte pas qu’on me téléphone à l’heure où je dîne ou lorsque je suis réuni avec toute ma famille que ce soit midi ou soir, et encore moins le samedi.
    De plus, lorsque qu’une personne se présente uniquement par son prénom, me dit appeler pour une société totalement inconnue tout en précisant que cette société travaille en partenariat ‘officiel » avec E.D.F, une compagnie d’assurance ou un autre organisme officiel, je ne laisse pas à la dite personne le temps de continuer : je lui dis poliment que je suis pas intéressé et la salue.
    Si cette personne insiste comme on le lui a demandé de faire quand elle a fait son stage, j’annonce « au-revoir  » et je raccroche.

    Aimé par 2 people

  10. zookd dit :

    Bonjour Mari 😉
    J’aime pas le démarchage et pour y remédier je ne réponds qu’aux contacts enregistré sur mon phone et rejette tous les appels masqués.
    Au fait, Je t’ai nominé au Liebster Award. A bientôt et bon week-end. https://cinecran.wordpress.com/2017/02/12/liebster-award-2017/

    Aimé par 1 personne

  11. jeannelisse dit :

    J’adore cette discussion, je m’en même un peu désolée, ex syndicaliste, le verbe bien placé, j’entrais en matière dans les deux premières minutes, adoucissant le propos ensuite pour qu’il soit mieux ingéré.
    Sécrétaire sociale depuis x années, je reçois les appels demandeurs ( les usagers dans le besoin) je me rend compte que je suis dans une position de défense 1 justifier le w des collègues AS , 2 excuser les refus de l’ordre payeur, 3 les orienter sans rien promettre !
    Alors quand les rares fois que je déclenche une réponse de démarchage, je teste un peu (selon mon temps) C’est vrai je n’ai rien a vendre, juste a éviter l’embouteillage au service, et surtout éviter les drames.

    Cordialement

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour jeannelisse,

      Grand merci d’avoir partagé avec nous votre expérience. J’imagine que ce n’est pas du tout facile de gérer ce genre de situations. Merci également pour ces excellents conseils.
      Je vous souhaite beaucoup de succès dans votre activité.

      Agréable soirée à vous Jeannelisse!

      J'aime

  12. Marcorèle dit :

    2mn c’est trop court. Je préfère laisser le temps au temps. Celui de la vraie réflexion. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s