La douleur de l’autre

Merci de ce partage Monsieur CELISET!

La tentation d'écrire

On a beau faire, s’apitoyer, compatir, essayer de comprendre, on ne peut jamais vraiment ressentir la douleur qu’éprouve l’autre, ni dans sa tête ni dans son corps… Et sans doute que c’est mieux ainsi.

Claudie Gallay

View original post

4 commentaires sur “La douleur de l’autre

  1. loisobleu dit :

    On ne peut en aucun cas savoir ce que l’autre éprouve en lui, que ce soit dans la douleur comme dans le bonheur. On sait juste si ses sentiments propres sont bien les Autres des siens. Faisant ainsi cette complémentarité sans qui rien ne pourrait être.

    Aimé par 1 personne

  2. THERA dit :

    Très belle citation qui exprime une réalité si souvent complexe. En face de la douleur ou de la joie de l’autre l’on peut être juste présent à ses côtés. Je me demande si les mots sont souvent nécessaires. Juste la présence.

    Aimé par 1 personne

  3. Mari dit :

    Bonsoir THERA,

    Suis entièrement d’accord avec vous!
    La présence est suffisante.
    Merci pour votre contribution à cet article.
    à très vite de l’autre côté

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s